Un jardin sur le parvis de la MCA – Amiens (80)

Désignation : Appel à candidatures pour l'aménagement d'un jardin sur le parvis de la MCA

Année : 2017

Maîtrise d'Ouvrage : publique (Maison de la Culture d'Amiens)

Maîtrise d'Œuvre : Patrick Merlier, paysagiste D.P.L.G

Surface : 3 600 m²

Budget maximum alloué : 250 000,00 €

 

Intentions

Le « jardin des figures » consiste en une succession de lanières plantées, surélevées et maçonnées afin d’assurer leur pérénité. Les murets accueillent ponctuellement des assises en bois (matériaux plus chaleureux et confortable) afin d’inviter à la pause. Une allée de 2.00 m sépare chaque lanière afin de permettre à la fois une assise confortable et la déambulation (cf, coupe de principe ci-contre). Les figures emblématiques de la ville d’Amiens, destinées à susciter la curiotsité des usagers, prennent place sur ces structures végétalisées qu’elles viennent animer. Les lanières sont plantées d’essences locales à faible développement racinaire (faible épaisseur de terre végétale), dont certaines ont fait la renommée d’Amiens comme Isatis tinctoria (la waide). Des plantes potagères y seront également plantées afin de mettre en avant la dimension maraîchère de la ville à travers les hortillonnages suggérés par les lanières surélevées. Là encore, les habitants et groupes scolaires peuvent être associés à la gestion de ces espaces dans le cadre d’ateliers. En effet, la culture concerne également le monde du vivant que l’on peut apréhender à travers sa gestion et sa connaissance. Cela peut donner lieu à des ateliers de reconnaissance des végétaux avec le public et à des séances d’étiquetage avec les enfants. Comme le disait Voltaire : « Cultivons notre jardin ! »

 

 

 

Des flux hiérarchisés, un espace pour tous ! 

La hiérarchisation des flux proposée par le projet participe à la qualité des lieux. Presque exclusivement destinée aux déplacements doux et accessible à tous, la place Léon Gontier comporte néanmoins une servitude réservée aux véhicules occasionnels afin de relier la rue Jean Catelas à la rue Marc Sangnier.
En outre, le projet met en avant les nombreuses porosités offertes sur l’espace public, qui permettent une diffusion aisée des flux lors d’évènements majeurs qui drainent un large public.
Les liens entre la Maison de la Culture et son environnement immédiat, en particulier avec le centre-ville et le Coliseum sont particulièrement lisibles.

Note d'intention-1
Coupe de principe assises bis
Note d'intention-2

 

 

Schéma circulations